À propos

Ce blog est celui de Musica, festival international de musiques d'aujourd'hui de Strasbourg
Abonnement flux RSS Musica en photos

6 oct 2014

REPORTAGE
Une après-midi normale

Pour suivre l'envers du décor du festival, il faut parfois s'armer de patience. Petit reportage en images et en mots au cours d'une après-midi entre répétition manquée et attente ouvrant à des découvertes, avec en guest star : Guilaume Chauvin, le photographe officiel du festival.

C'est une après-midi tout à fait normale : à 13h30, je file vers le Palais universitaire pour assister, je le crois, à la répétition de L'Homme armé avec les musiciens des Cris de Paris. Je suis censée y retrouver Guillaume Chauvin, le photographe. Lorsque j'arrive, ce sont plutôt des étudiants que je retrouve à la Aula du Palais U, en train de se sustenter autour des chaises qui ont été installées pour le spectacle. Un texto à Guillaume pour me rendre compte que la répétition a en fait lieu à la Cité de la musique et de la danse...

Entrez la légende de l'image

Erreur de ma part. J'enfourche donc mon vélo direction la Cité de la musique et de la danse. Guillaume est là. Nous nous dirigeons vers la salle 24 d'où sortent quelques personnes. À l'intérieur, des membres de l'ensemble s'affairent : "Bonjour, nous venons pour la répétition" "Ah, elle vient de se terminer". Silence gêné. Pourtant sur l'agenda, elle devait se terminer vers 17h. C'était impossible à prévoir mais la répétition a été très efficace, les musiciens prennent la direction du Palais U pour l'installation. Ce sera tout de même l'occasion de discuter avec les sympathiques membres des Cris du Paris qui nous révèlent quelques secrets du spectacle dont ce jouet kalashnikov :

Entrez la légende de l'image

De toute façon, je n'aurai pas pu vous proposer un post sur cette répétition : il fallait vous réserver la surprise.

Nous prenons donc la direction du Palais de la musique et des congrès pour y rencontrer Pascal Dusapin. À 14h30, la répétition en compagnie du compositeur vient tout juste de débuter. L'orchestre philharmonique répète Morning in Long Island devant Jean-Dominique Marco, le directeur du festival, installé dans la salle.

Entrez la légende de l'image

Guillaume, attentif.

Entrez la légende de l'image

Après un filage (répétition de la partition dans son ensemble), Pascal Dusapin s'avance vers l'orchestre et son chef pour se pencher sur quelques détails de l'interprétation. Aux percussions, il précise l'idée d'un passage qui doit être "presque jazz", aux flûtes, un autre passage doit être plus puissant : "Ce n'est pas grave s'il y aune flûte qui part une octave plus haut, tiens, je vais l'écrire dans la partition", lance-t-il avec humour.

Entrez la légende de l'image

Quand vient le temps de la pause, nous attrapons Pascal Dusapin au vol pour l'interviewer et lui tirer le portrait. Un moment que vous aurez le plaisir de découvrir très rapidement sur le blog, où le compositeur, photographe à ses heures, s'est extasié quelques instants devant l'appareil photo Leica de Guillaume : "Je suis un leicaiste !" et de prendre lui-même une photo de Jean-Dominique Marco (à découvrir plus tard !).

Entrez la légende de l'image

Puis direction le bureau pour écrire ces quelques lignes avant d'assister à L'Homme armé !

comments powered by Disqus